Fanny De Lemos - Enseignante spécialisée en graphopédagogie

La graphologie : elle n’a pas pour vocation de corriger les troubles de l’écriture. Elle analyse la forme des lettres afin d’en déduire une personnalité.

L’objectif de deux approches suivantes est le même : permettre l’amélioration de l’écriture manuscrite et rendre à son utilisateur le confort d’une écriture non douloureuse. Les différences se rencontrent au niveau de la méthode utilisée et par la prise en charge :

La graphothérapie : Le graphothérapeute cherche à diagnostiquer les causes de la dysgraphie par une approche « thérapeutique », elle se veut davantage psychologique en cherchant à agir sur les causes profondes de la dysgraphie. Suite à la réalisation d’un bilan graphomoteur, les séances, généralement hebdomadaires, se font sans la présence des parents. Il faut compter sur une vingtaine de séances pour une rééducation complète.

La graphopédagogie : Il s’agit d’une approche pédagogique dont l’objectif est d’automatiser le geste de l’écriture, mais aussi de renforcer son lien avec le langage. C’est à travers un nombre limité de séances que se déroule la rééducation de l’écriture. Le graphopédagogue reçoit l’élève une fois toutes les trois semaines, toujours en présence du parent accompagnateur, qui est du début à la fin de la rééducation, un membre essentiel de l’équipe qui permettra la réussite de son enfant.

Fermer le menu